Partage d’un article sur le trafic de jeunes filles burundaises vers les Pays du Golfe

Pour accéder à l’article de RFI, merci de suivre ce lien

http://www.rfi.fr/afrique/20160618-burundi-burundaises-femmes-trafic-pays-golfe-oman-exploitation-sexuelle-travail

C’est un sujet dont beaucoup d’associations nous ont parlé, en Afrique mais aussi en Asie, et on trouvait important de partager un article qui en fait mention au Burundi : le trafic de jeunes filles, de femmes, vers les Pays du Golfe.

En Mauritanie, au Burundi, en Ethiopie, en Egypte, en Indonésie, au Cambodge, au Bangladesh, et dans d’autres pays encore, se sont répétés les mêmes discours et les mêmes cercles vicieux qui permettent à ses trafics de perdurer :

  • la pauvreté économique conduit les jeunes filles ou leurs parents à accepter des propositions de travail clandestin dans des pays du Golfe ;
  • la défaillance des forces de l’ordre des Etats d’origine et la corruption généralisée des autorités publiques rendent possible les passages de frontières des jeunes filles (et quasiment impossible leur retour au pays) ;
  • la puissance économique des Etats destinataires les rend relativement intouchables, au niveau international comme au niveau des relations bilatérales avec les pays d’origine ;
  • la volonté politique de lutter contre ces phénomènes, même quand elle est manifestée, ne s’accompagne pas des moyens nécessaires à la mise en place d’actions de lutte efficaces.

Rappelons-nous les mots de Madame Aminetou Mint Moctar, grande activiste de défense des droits humains et des droits des femmes, rencontrée à Nouakchott au tout début de notre périple, qui se plaignait d’un système à plusieurs vitesses et de l’hypocrisie des responsables politiques :

« Il y a quelques années, ce sont plus de 400 jeunes filles pauvres (et noires) de Mauritanie qui ont été sélectionnées (comme dans un marché aux esclaves), puis ont pris l’avion vers La Mecque, sans autre garantie que des promesses de richesses et d’émancipation. Notons qu’il leur a été possible d’avoir un Visa saoudien, alors même que le pays va jusqu’à refuser les visas pour les femmes non accompagnées de leur mari souhaitant effectuer le pèlerinage à La Mecque. »

Afficher l'image d'origine

Madame Aminetou Mint Moctar

(Version intégrale de notre article sur l’esclavage ici)

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s