Bilan de notre étape en Turquie

13603634_1799517863612365_476397014625803798_o

13653180_1799673766930108_4726231638168848781_o

C’est vrai que c’est un peu fini avant d’avoir commencé, mais bon, l’heure est venue pour nous de dire au revoir à la Turquie.

Disons-le tout de suite : ce n’est pas le pays au sujet duquel nous aurons l’occasion d’être les plus prolixes. Suite à différents contretemps liés au bon déroulement de notre séjour en Iran, puis à l’opportunité de rencontrer deux associations en Géorgie, nous ne sommes restés que 6 jours et demi sur le sol turc. Cela en fait l’étape la plus courte du Projet 51.

Malgré tout, du poste frontalier turco-géorgien au bord de la Mer Noire à la ville méditerranéenne d’Adana, nous avons pu observer différentes réalités du pays le plus européen de l’Orient. En premier lieu, nous a marqué la différence fondamentale entre l’islam « à la turque » et celui de ses voisins : le pays d’Atatürk est en effet une république laïque, et cela a eu pour nous de nombreuses conséquences au quotidien. Ainsi, nous avons vu assez peu de femmes voilées, et n’avons aperçu aucune femme en burqa en une semaine. Des Turcs nous ont même offert du vin (!), en nous affirmant que les trois quarts de leurs compatriotes boivent de l’alcool. D’autres, en discutant avec nous, se sont lancés dans un grand débat pour déterminer si l’alcool était haram (pêché) ou non : ils étaient deux à boire de l’alcool, et deux à ne jamais y avoir touché. Et, bien que nous soyons arrivés en Turquie en plein Ramadan, nous n’en avons que peu subi les effets au quotidien.

Bien sûr, pendant le Ramadan, rares étaient les gens qui mangeaient dans l’espace public. Quand nous nous sommes permis de pique-niquer dehors, on n’a pas manqué de nous faire la remarque. Mais ce n’est pas pour autant que l’on a senti un pays qui roupillait pendant la journée, en attendant le repas du soir. Au contraire ! D’ailleurs, de nombreux restaurants restent ouverts toute la journée. Et, dans le bus que nous avons pris de Trabzon à Nevsehir, nous nous sommes vu offrir de la nourriture en plein milieu de l’après-midi, alors même que la majorité de nos voisins jeûnaient. Nous avons tout de même été amusés de constater que notre bus s’est arrêté précisément à l’heure du coucher du soleil, afin de permettre aux passagers de se sustenter dès que cela leur était permis. Voir des dizaines de Turcs entamer leur assiette alors que chante le muezzin, en regardant la télévision qui indique l’heure de rupture du jeûne dans chaque grande ville du pays, c’est un sacré spectacle !

Et les femmes turques, alors ?

A vrai dire, nous avons eu quelques surprises. Elles sont, par exemple, plus nombreuses à conduire une voiture que leurs homologues d’Arménie ou de Géorgie. Nous en avons même vu tout un groupe, sur la place du village de Soganli, en train de jouer, entre femmes, à une sorte de baseball – cricket (ce qui serait complètement impensable dans des pays comme le Bangladesh ou l’Egypte !). Et, surtout, en termes de tenues vestimentaires, on se sent parfois plus proches de la Grèce que de l’Egypte : là où nous nous sommes rendus, il était courant de côtoyer autant de jeunes femmes en minishort que de femmes voilées. Certes, il faut relativiser ce constat : nous n’avons été que dans le centre du pays, et en bonne partie dans des régions touristiques telles que la Cappadoce.

Le tourisme, justement. Parlons-en ! Cela faisait un petit bout de temps que nous n’avions pas visité de sites faisant partie des itinéraires touristiques « classiques », avec tous les défauts associés au tourisme de masse : hôtels aseptisés, mercantilisation extrême, restaurants chers, et rapports avec les habitants quelque peu faussés. Et pourtant, nombreux sont les Turcs à nous avoir fait part de leur déception quant au faible nombre de touristes qui visitent la Cappadoce cette année, la faute, bien sûr, à l’instabilité chronique de la sous-région…

Une petite anecdote à ce sujet : à l’occasion d’un trajet en auto-stop, nous avons pu discuter avec un couple russo-turc, installé à Izmir, sur la côte. Ce qu’ils nous ont raconté nous a effarés : dans une ville balnéaire des environs, le nombre de touristes a diminué de… 97% en une année, la faute à la brouille entre les gouvernements russe et turc qui sévit depuis que l’armée turque a abattu un avion russe, à la fin de l’année dernière. L’effet papillon, quoi…. Nous, nous pensons à tous ces restaurateurs, hôteliers et autres petits marchands, victime collatérale de cet évènement qui ne les concerne pas, et qui ont vu leur gagne-pain menacé, et leur vie transformée, tout ça à cause d’un avion qui s’est fait torpiller à des centaines de kilomètres de chez eux…

Pour conclure, on ne saurait parler de la Turquie sans évoquer la fameuse hospitalité turque, qui, même si elle a eu bien du mal à égaler l’Iran ou le Bangladesh, n’a pas failli à sa réputation. Nous avons régulièrement été pris en stop, nous nous sommes fait offrir du thé et des fruits, et nous avons (re)trouvé des habitants très souriants après l’austérité des Arméniens et Géorgiens, certes adorables mais parfois durs à cerner pour nous autres latins. Alors qu’Aymeric faisait du stop à la tombée de la nuit, deux Turcs ont même été jusqu’à faire un détour de 30 kilomètres (60 en aller-retour) simplement pour le conduire à sa destination.

Bref, on a beaucoup aimé les Turcs, et ils nous l’ont bien rendu. Il faut dire que notre nationalité nous a été d’une grande aide dans nos rapports avec les gens : la langue de Molière est particulièrement appréciée dans le pays, et il y a, excusez du peu, 16 lycées français à Istanbul !

D’Adana, nous avons donc pris l’avion pour Beyrouth. C’est dommage, de devoir prendre l’avion pour parcourir moins de 400 kilomètres. Mais bon, inutile de vous préciser qu’il n’est pas question de traverser la Syrie par voie terrestre…

13668853_1799673710263447_1059797852986200338_o13667769_1799673750263443_5367461567109705042_o

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé, Turquie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s