Bilan de notre étape au Népal (par Aymeric et Alexandre)

13102847_1769456346618517_5052023958383050616_n 13112832_1769456923285126_7500821356583762443_o

Retour sur notre séjour au Népal, vu par Aymeric et Alexandre :

Rarement un pays n’a autant déconstruit nos idées préconçues : le Népal, si célèbre pour abriter 8 des 10 plus hauts sommets de la planète, dont le mythique Everest, nous a surtout marqué par ses vallées quasi désertiques, ses villes aussi chaotiques que chez le voisin indien, et sa chaleur étouffante.

On a tendance à réduire le Népal à ses montagnes. C’est oublier que sa capitale, Kathmandu, n’est située qu’ à 1350 mètres d’altitude, et que l’immense majorité de la population est entassée dans les plaines et basses vallées de la moitié sud du pays. Et quand on dit « entassée », on n’en rajoute pas : la densité de population du Népal est de plus de 200 habitants au kilomètre carré, près de deux fois celle de la France !

A vrai dire, en 15 jours au pays de Tenzing Norgay, nous n’avons aperçu qu’à deux ou trois reprises des sommets himalayens. Il faut dire que la chape de brouillard, créée tant par la pollution que par la poussière omniprésente dans l’air (la pluie n’est pas tombée sur Kathmandu depuis octobre dernier !), ne nous a pas aidé à y voir clair… Plus étonnant encore : à l’instar de la majorité de la population népalaise, nous n’avons pas vu de neige, mais plutôt des paysages brûlés par le soleil et des feux de forêt très, très fréquents, preuve des difficultés endurées par le peuple népalais.

Car le Népal est le deuxième pays le plus pauvre du continent asiatique, après l’Afghanistan. Le coût de la vie assez élevé (tous les produits manufacturés viennent d’Inde), l’état déplorable des routes, le manque de variété d’une nourriture dans l’ensemble assez basique, les coupures d’électricité qui durent des heures (même à Kathmandu), la poussière qui attaque les yeux et les poumons : tout cela sont des signes qui ne trompent pas… Voilà pourquoi la beauté des paysages, la gentillesse des habitants et l’étendue du patrimoine ne doivent pas faire oublier la réalité de la vraie vie des Népalais, qui est rude.

Et puis, malheureusement, on ne peut évoquer le Népal de mai 2016 sans parler du tremblement de terre qui, l’an dernier, a emporté avec lui plus de 8000 vies humaines. Pour la petite histoire, nous sommes arrivés à Kathmandu le jour de l’ « anniversaire » du tremblement de terre, et avons pu assister à de magnifiques veillées aux bougies sur la si belle place de Durbar Square. C’était très beau, assez magique même. Mais, quelle que soit la volonté du peuple népalais d’aller de l’avant, on n’a pas pu manquer tous les restes du drame… Les maisons en ruine, les tentes des camps de déplacés, les temples rayés de la carte nous ont suivis à chaque étape de notre périple. Et, comme si cela ne suffisait pas, le tremblement de terre a fait sombrer le flux de touristes qui contribue tant à l’économie du pays.

Non pas que l’activité touristique n’ait qu’un impact positif. Au contraire ! Les gamins qui, en nous croisant sur le chemin de l’école, nous demandent « one pen » ou « one chocolate », ont été sacrément pourris par le flux touristique. De même, on a presque pris l’habitude de se voir proposer de la marijuana, du hachich ou autres champignons hallucinogènes. Et, chez les jeunes, on a senti une sorte de servitude volontaire, d’imitation aveugle de l’occident, qui rappelle certains pays d’Afrique très portés sur l’imitation de notre civilisation. Désolé pour eux, mais nous n’avons pas adoré tous ces jeunes Népalais à casquette, la clope au bec et les écouteurs dans les oreilles, qui nous ont salués d’un « what’s up, bro ? ». Pour être franc, on les a même trouvés un peu ridicules.

13130983_1769456299951855_5646422832354081377_o 13147736_1769456913285127_4158399767271783609_o

Malgré tout, le Népal est un pays dans lequel on se verrait très, très bien vivre des années. Car on y a adoré la ferveur religieuse, tant hindouiste que bouddhiste. On y a découvert une culture unique, avec des cités médiévales complètement magiques (vous saviez, vous, que l’inventeur de la pagode était un Népalais ?).On y a trouvé des temples, des balcons ouvragés, des statues qui n’ont rien à envier au Cambodge. Et on y a aimé ces paysages parsemés de petits villages aux habitants souriants : oui, vraiment, le Népal est un bel endroit qui mérite que l’on se batte pour lui.

Pour conclure, parlons des femmes népalaises. De façon générale, leurs tenues, leur présence dans l’espace public, la facilité à discuter avec elles nous changent bien de l’Inde ou du Bangladesh… Ça ne fait aucun doute : les femmes népalaises sont plus émancipées que leurs consœurs des autres pays du sous-continent. Pourtant, reste un vrai problème : celui des violences domestiques et des violences conjugales, liées entre autres au rôle de l’alcool et de la drogue parmi les hommes népalais.

Car le Népal a beau être à 80 % hindou, on y boit beaucoup… C’est étonnant, mais c’est le signe d’un pays à cheval entre une forte inclinaison moderniste / occidentaliste, et une tradition millénaire bien ancrée… On en a trouvé une illustration parlante dans le premier quotidien anglophone du pays, l’Himalayan Times. Dans son supplément du vendredi, le journal a publié les photos de 3 top models népalais posant en bikini. C’est à elles que nous laisserons le mot de la fin.

Jenny Maharjan : « Je suis mal à l’aise quand je pose en maillot de bain, car quand quelqu’un fait cela, il subit beaucoup de critiques, et parfois c’est difficile à gérer »

Pramila Thapa : « quand quelqu’un parcourt un magazine et voit une fille en bikini, il commence à se faire des idées quant à sa personnalité »

Shikshya Sangroula : « c’est à chacune de nous d’impulser le changement.
En tant que mannequin, nous devons comprendre que poser en maillot de bain n’a rien de vulgaire, et porter un bikini pour une séance photo ne devrait rien renvoyer de négatif »

On ne voudrait pas faire passer les valeurs occidentales comme supérieures aux traditions népalaises. Mais on trouve étonnant de voir ces trois mannequins, convaincues qu’il est normal de poser en bikini, ressentir a ce point le poids de la société quant a leur décision…

13173446_1769456373285181_4617827539614426521_o 13173580_1769457016618450_8716683664477262881_o

Publicités
Cet article a été publié dans Népal, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s