(Incroyable!) Rencontre avec l’ex-directrice exécutive de l’organisation Sisters in Islam à Kuala Lumpur

12832442_1741651182732367_5576082034103236270_nUne belle surprise nous attendait pour nos derniers instants à Kuala Lumpur : Madame Ratna Osman, ancienne directrice exécutive de l’organisation malaisienne Sisters In Islam (SIS) a pris le temps de nous rencontrer.

Entre deux rendez-vous, dans un grand hôtel, cette femme malaise et musulmane, extraordinaire activiste pendant des années au sein de SIS, nous a présenté les raisons de son engagement.

Aujourd’hui à nouveau employée dans le secteur privé, elle garde une vision percutante des problèmes auxquels sont confrontées les femmes musulmanes au pays des Petronas Towers et nous semble loin d’avoir totalement mis de côté la lutte pour l’émancipation des femmes musulmanes.

En quelques mots, SIS est un groupement de femmes musulmanes qui mènent des plaidoyers pour une pratique plus tolérante de l’islam en Malaisie, conforme au Coran et aux principes de bases de l’égalité hommes – femmes. Leurs actions ont pour but de pousser les autorités à des réformes des lois islamiques malaisiennes et les musulmans à la réflexion à propos de certaines pratiques réactionnaires, injustes et faussement attribuées aux textes coraniques dont souffrent les femmes musulmanes.

11148653_1741651322732353_5103096671681165291_o

Projet 51 : Pourquoi avoir choisi de vous engager dans une organisation qui lutte spécifiquement en faveur des droits des femmes musulmanes ?

Ratna Osman : Parce que, en Malaisie, je suis sûre que lorsque vous êtes arrivés, vous avez vu tous ces buildings, les femmes évoluer librement dans la rue et participer activement à la vie économique, même celles qui sont voilées. Vous étiez alors sûrement impressionnés par la modernité de notre société.

Pourtant, si vous regardez en détail la loi personnelle (qui s’applique aux musulmans), vous allez découvrir des choses qui ne correspondent pas à la vie moderne que vous avez d’abord pu voir.

Dans cette loi, une femme musulmane n’est même pas reconnue comme une personne totalement indépendante. Elle reste considérée avant tout comme la femme de son mari, comme sa propriété, comme une personne que le mari peut et veut contrôler. Elle n’est pas non plus reconnue comme quelqu’un qui contribue aux revenus de la famille autant que les membres masculins de la famille.

Encore aujourd’hui, la loi islamique ne garantit pas les mêmes droits aux femmes musulmanes et aux hommes musulmans. Enfin, je vais essayer de reformuler car ce n’est pas tout à fait vrai factuellement. Il faut préciser la loi islamique en Malaisie, car la loi islamique en Syrie à l’époque, avant la révolution et la guerre, était plus progressiste pour les femmes que la loi islamique en Malaisie.

En fait, chaque pays musulman a son propre ensemble de lois. Le problème c’est que tous les codes islamiques se disent universels, mais ce ne sont que des interprétations d’universitaires, qui s’appliquent dans une société donnée.

C’est le problème majeur quand on essaie de codifier une religion. Nous avons peut-être la même religion mais la manière de se sentir proche de Dieu peut-être différente d’un individu à l’autre, d’une société à l’autre. Vous ne pouvez donc pas prétendre détenir la meilleure loi, la plus proche de la volonté divine.

C’est un point essentiel que Sisters in Islam a toujours utilisé dans son argumentaire vis-à-vis des autorités religieuses : si vous voulez faire une loi à partir des interprétations des universitaires, vous avez l’obligation de vérifier que cette loi correspond au temps et à la société dans laquelle vous vivez !

Si une loi apparaît au 21ème siècle et qu’elle est déconnectée des réalités de la Malaisie du 21ème siècle pour être calquée sur celles de l’Egypte ou de la Palestine par exemple, ce n’est pas viable.
C’est le plaidoyer que nous avons essayé de mener, et nous avons été punies pur ça.

Je dois vous parler du système légal en Malaisie. Nous avons un système pluri légal, formé du droit commun hérité des Britanniques, de la loi islamique qui s’applique aux musulmans, et de la loi coutumière qui s’applique aux indigènes.

Dans la loi islamique, la loi familiale définie par exemple les règles du mariage et du divorce et la loi criminelle (charia) prévoit des punitions pour les infractions commises par les musulmans (consommation d’alcool, crimes, vols, etc.).

Vous pouvez avoir un passeport français, si vous venez en Malaisie et que vous êtes musulman, si vous décidez de boire une bière et si les policiers font une ronde comme cela leur arrive parfois, si votre nom est musulman vous pouvez être accusé.

Par exemple, un footballeur professionnel bosnien, musulman, est venu ici pour des matchs. Il avait une petite amie malaise et ils ont été trouvé dans son appartement en train de regarder la télévision ensemble. Il était célibataire, elle n’était pas sa femme, donc il a été chargé pour « proximité abusive ».

La « police morale » est partout. Vous essayez d’aller dans un hôtel avec votre petite amie, à 3h du matin la police peut arriver, frapper à la porte et demander votre certificat de mariage.

Projet 51 : Comment les musulmans perçoivent-ils ce pouvoir de l’Etat malaisien sur leur manière de pratiquer leur religion ?

Ratna Osman : La question n’est pas tant de savoir s’ils sont d’accord ou non avec cela. Parfois ils n’aiment pas ça mais l’islam a été tellement contrôlé par l’Etat que la majorité des Malais pensent que c’est le droit des autorités de contrôler la religion.

(Elle s’interrompt quelques secondes d’elle-même et nous dit qu’elle est en train de parler trop fort.)

Ils pensent que les autorités islamiques ont le pouvoir de leur dire comment doivent s’habiller les femmes. C’est une manière très traditionnelle de voir l’islam. Et beaucoup pensent que ce qu’on leur enseigne, un islam très traditionnel avec des pratiques très conservatives, est le « réel » islam, le seul islam, une vérité unique.

Quand un professeur américain a réalisé un sondage pour voir si les Malais pensaient que toutes les obligations de la loi islamique malaisienne sont écrites dans le Coran, une immense majorité a simplement répondu « oui ». Il y a une section qui dit que si vous prononcez le divorce, vous serez puni d’une amende de 5 000 ringgit (environ 1 100€). Ils pensent que cette amende est écrite dans le Coran. Ça n’a aucun sens mais c’est la réalité. Ils sont tellement effrayés de questionner le Coran, ils pensent qu’ils doivent appliquer tout ce qu’on leur dit sans se poser de question.
Et c’est pour ça que Sisters in Islam a des problèmes aujourd’hui. Ces vingt dernières années, nous avons été montrées du doigt, traînées dans la boue par les médias conventionnels. Et maintenant avec les réseaux sociaux les choses empirent.

Nous avons des rapports de police contre nous, nous avons été poursuivies pour notre nom par des gens qui veulent nous retirer l’appellation « in islam » en disant qu’on ne respecte pas cette religion, et maintenant avec la fatwa lancée contre nous en 2014 nous sommes considérées comme « diaboliques ».

Notre existence est compromise. La fatwa permet aux autorités islamiques de confisquer nos publications, au gouvernement de censurer notre site internet.

Pour revenir à votre question, les musulmans pensent juste que le contrôle des autorités est normal. Et la situation se dégrade continuellement depuis les années 1980.

Après la révolution islamique en Iran, il y a eu une réelle régression, avec de nouvelles élites qui sont revenues au pays, même sans avoir étudié dans des pays arabes. Ils avaient simplement étudié au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, ils devaient devenir ingénieurs ou médecins. Mais ils sont revenus et ils ont propagé une compréhension différente de l’islam. Ils ont incité les femmes à se couvrir davantage…

(A suivre…)

12795406_1741651352732350_7248578514688854118_n

Publicités
Cet article a été publié dans Malaisie, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s