Suite de notre rencontre avec NAWEM (à Kuala Lumpur)

3

Suite et fin de notre échange avec Saliza, Andal et Andleen à Kuala Lumpur.
Un échange très riche à découvrir, jusqu’aux toutes dernières lignes..!

Projet 51 : Que pensez-vous de l’impact des mouvements fondamentalistes musulmans dans le pays ? Par exemple, en France, on a beaucoup parlé du rôle du « Groupe des Femmes Obéissantes », qui avait choqué beaucoup de monde et donné une image assez négative de l’émancipation de la femme malaisienne…

Andal : En Malaisie, les femmes sont très progressistes. Ce genre de problèmes est bien moins répandu que ce que les medias ont voulu montrer…

Saliza : Les gens font tout et n’importe quoi avec leur religion, selon ce qui les arrange. Dans mon quartier, par exemple, les enfants de 3-4 ans vont de moins en moins à l’école maternelle, car leurs parents préfèrent les mettre dans des écoles religieuses !

Andal : La religion elle-même ne donne aucune raison aux femmes de se sentir inférieures. Par contre, nous avons des gens fous, dans notre pays, qui ont lancé des petits groupes, et qui ont réussi à mettre des idées dangereuses dans les têtes des gens…

Saliza : Les politiciens utilisent la religion pour gagner des élections. Ils disent qu’on ne peut pas prononcer le nom d’Allah, tout ce genre de choses, simplement pour gagner des voix, en particulier auprès des Malais musulmans des campagnes.

Andal : C’est juste de l’opportunisme. Ce n’est pas une question de valeurs religieuses, ou de valeurs asiatiques. D’ailleurs, je dois dire que je déteste le terme de « valeurs asiatiques ». Il n’y a rien dont nous avons de quoi être si fiers en Asie aujourd’hui ! La plus grande prépondérance de trafic d’êtres humains se déroule en Asie. Les affaires de viols sont particulièrement répandues en Asie. Et ça, ce sont des valeurs asiatiques ? Si vous voulez mon avis, le terme de « valeurs asiatiques » devrait être supprimé du dictionnaire !

Andleen : Il n’y a aucun doute sur le fait que la Malaisie connait la résurgence d’une forme d’islam plus conservative. Aucun doute ! Il faudrait être stupide pour ne pas constater que quelque chose est en train de se passer.

Et, pour moi, il y a surtout une forme d’arabisation qui se produit, et qui est liée au fait que les gens assimilent les peuples arabes au plus haut niveau de compréhension du Coran. Les gens se rendent à La Mecque, à Médine, car ils estiment que ce sont des lieux sacrés.

Et du coup, les gens ont tendance à confondre une information qui vient de l’arabe, avec une information qui vient de l’islam sous sa forme la plus pure. Comme ils ne se sont pas vraiment familiarisés avec la religion par eux-mêmes, ils se contentent d’écouter quelqu’un qui va leur dire « la place des femmes est à la maison, c’est mal vu pour elles de travailler… ».

Ces gens-là sont peut-être sincères dans leur démarche, mais ce qu’ils transmettent, ce n’est pas l’islam, c’est leur interprétation de ce qu’est un bon musulman dans le contexte dans lequel ils vivent. La jeunesse a besoin de repères, et ces gens qui ont besoin d’embrigader la jeunesse vont employer des arguments religieux.

Mais tout cela est motivé par des agendas politiques, ne vous méprenez pas ! C’est politique : quand le gouvernement parle des valeurs musulmanes, des bons et des mauvais musulmans, ce n’est que de la politique. Et la politique n’a rien à voir avec la religion !

C’est une mentalité de moutons : une personne qui est charismatique, qui a beaucoup de followers sur Facebook, va être beaucoup écoutée, et pourra essayer de justifier n’importe quoi. C’est très différent chez moi. En Grande-Bretagne, nous avons tendance à tout remettre en question, à gratter sous la surface des choses… Mais ici, on a affaire à une attitude très conformiste, et ce depuis l’école!

Ici, on ne remet pas en cause ce que dit le professeur, on se conforme à sa façon de faire. Alors, plus tard, quand vous voyez quelqu’un dire « croyez en cela, c’est comme ça que les musulmans doivent se comporter, c’est ça qu’Allah a dit », les gens se diront juste « OK », car ils ont une certaine éthique quant à la façon de se comporter en société.

Chez nous, on n’hésite pas à le dire tout haut si l’on n’est pas d’accord, on rentre dans des débats…
Les Français, c’est encore pire, vous êtes très passionnes, très émotifs, très impliqués, vous aimez convaincre les autres!

Mais ici, vous pouvez dire quoi que ce soit, et les gens ne réagiront pas vraiment. Et en plus, le problème est que le gouvernement malaisien ne garantit pas la même liberté d’expression, la même possibilité de faire valoir son opinion dans l’espace public… Donc, s’il s’agit de recueillir des voix, utiliser le vecteur religieux, c’est comme parvenir à hypnotiser son propre peuple.

Andal : Des personnes parviennent à isoler une phrase du Coran, hors de son contexte, tout en n’évoquant même pas les centaines de phrases qui vont dans l’autre direction. Et une fois cette phrase répétée, la population finit par y croire, et ces personnes arrivent à manipuler le peuple.

Andleen : Il faut aussi évoquer l’histoire coloniale de ce pays. La Malaisie a été occupée, et ce qu’il reste de cette période, c’est le sentiment d’être une victime du monde occidental.

Andal : Et du coup, prendre une direction différente de celle de l’occident est vu comme une manière de se démarquer, de proposer un autre modèle.

Projet 51 : Pour conclure, que souhaiter à la femme malaisienne pour l’avenir ?

Andal : Aujourd’hui, aucune fille n’est empêchée d’aller à l’école simplement parce que c’est une fille. Pour moi, je tiens à le dire, les principales discriminations dans ce pays ont surtout trait aux différences ethniques. Par exemple, si vous prenez une femme indienne, elle aura surtout du mal à trouver du travail à cause de sa race (sic), pas à cause de son sexe.

Andleen : Oui, ça ne fait aucun doute qu’il existe des stigmates et des discriminations envers certaines communautés.

Andal : Du coup, si vous êtes une femme de ces communautés, c’est compliqué. Les gens vous mettent des barrières. Si vous êtes bien éduquée, de la classe supérieure, ça peut aller ; mais pour les autres, la vie est difficile car elles sont marginalisées.
L’autre problème, c’est pour les femmes des espaces ruraux, car il y a un Islam dur qui est en train de monter. Vous savez, dès 2006, je travaillais pour le gouvernement, et j’allais souvent dans les campagnes. Je sentais qu’il était en train de se passer quelque chose, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus.

Andleen : C’est à ce moment que le processus d’islamisation s’est mis en place. Et maintenant, je crois que l’on voit concrètement les résultats de ce processus.

Andal : Avant de partir, il y a une autre chose que j’aimerais vous dire. Vous connaissez le principe du microcrédit, la Grameen Bank ? Nous avons essayé de mettre en place un système similaire en Malaisie, afin de proposer des crédits aux femmes et de les rendre financièrement indépendantes en leur prêtant une somme comme 5 000 Ringgit (environ 1 000 Euros).

Mais ce qui s’est passé, c’est que de nombreuses femmes ont eu du mal à rembourser les emprunts qu’elles avaient contractés. Et maintenant, ces femmes-là sont blacklistées de toutes les institutions financières ! Elles ne peuvent même pas avoir de prêt à la consommation, pour s’acheter une maison ou un scooter, par exemple. Et au final, le microcrédit a détérioré la situation de nombreuses femmes malaisiennes.

Où je veux en venir ? Pour moi, la capacité à gérer sa vie, à s’organiser et à être prévoyante, n’est pas encore là chez de nombreuses femmes malaisiennes. C’est un pays extraordinaire à vivre, je n’ai aucune raison de me plaindre, mais il y a encore tout un travail à mener au niveau de l’éducation. Pour des gens éduqués comme moi, il n’y a pas de problème. Mais pour les autres ?

En fait, est-ce que ce n’est pas un peu le même problème dans le monde entier ? Est-ce que c’est une histoire malaisienne, ou est-ce que ce n’est pas plutôt une histoire humaine en général ? Je vous laisse répondre à cette question…

 12747425_1739301656300653_3389070811643765861_o
Publicités
Cet article a été publié dans Malaisie, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s