Visite du « Women’s Opportunity Center » au Rwanda

11226069_1707750679455751_3353358388962861479_o

Aux nombreuses ONG du Sénégal, ont succédé les multiples entreprises sociales du Rwanda. L’étape du jour : le Women’s Opportunity Center, centre multifonctionnel pour femmes installé à Kayonda, dans l’est du Rwanda. Ateliers de vannerie, production de miel ou de beurre de cacahuètes, éco-lodge : la liste de ses activités est conséquente, et montre combien, au Rwanda, les entreprises sociales sont un important levier de développement, et d’émancipation des femmes. Ce n’est pas un hasard si la principale auberge de jeunesse du pays, ou le café-restaurant du Mémorial du Génocide de Kigali, sont gérés par le même social business…

Comment ça marche ? Concrètement, le Women’s Opportunity Center est né grâce aux efforts financiers d’une ONG internationale, Women for Women International, et de l’Etat rwandais, extrêmement actif dans ce genre d’initiatives. Aujourd’hui, il tourne en autosuffisance grâce aux touristes venus se loger ou acheter différents produits au sein de la boutique.

Ces gains ont déjà permis, en 3 ans, de former quelque 2000 femmes aux métiers de la vannerie et du tissage. Si la majorité a ensuite quitté l’institution, elles sont une quarantaine à travailler quotidiennement au sein du centre, pour un salaire minimal de 1000 Francs Rwandais (1,20 €) par jour de travail, auxquels s’ajoute un pourcentage sur les ventes réalisées. Il s’agit majoritairement de veuves à la situation financière compliquée, et dont l’âge avancé ne permet plus de travailler dans les plantations. Nous y avons même vu une travailleuse âge de 83 ans !

Comme l’indique un panneau à l’entrée, le centre a été inauguré par le Ministère du Genre (!) du pays. Il faut dire qu’en matière d’égalité hommes-femmes, comme en matière d’environnement, de climat des affaires ou de lutte contre la corruption, Paul Kagamé et son gouvernement se veulent irréprochables. Ce qui permet de s’attirer les faveurs des instances internationales, et donc celles des investisseurs étrangers…

Si la place des femmes se veut l’une des clés du nouveau Rwanda (64 % de femmes parlementaires !), il s’agit là d’une démarche initiée au plus haut niveau. Qui, d’ailleurs, déplaît à certains hommes, dont certains se sont plaint auprès de nous du rôle « trop important » des femmes dans le pays !

Pourtant, comme dans beaucoup de domaines, cette évolution ne profite pas à tout le monde. Dans les villages, de nombreuses femmes ne sont pas émancipées, et elles restent globalement absentes des prises de décision, notamment en ce qui concerne leur propre mariage.

Même si l’on nous dit souvent que les efforts du Rwanda en matière de droits des femmes ont pour seul but d’ « épater la galerie » (en l’occurrence, les observateurs internationaux), il est dur d’en contester l’efficacité. Il existe très, très peu de pays africains où il fait aussi bon être une femme…

12307992_1707750809455738_1183433691414945743_o

12314483_1707750832789069_2402237036724219771_o

12314361_1707750752789077_8868083925892077909_o

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé, Rwanda. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s