Suite de la rencontre avec Madame Oumro Khairy Kane

Femmes mauritaniennes rencontrées en milieu associatif

Femmes mauritaniennes rencontrées en milieu associatif

Suite et fin de l’interview d’Oumro Khairy Kane…

Projet 51 : Que faut-il faire pour arriver là où vous souhaitez que la femme mauritanienne arrive ?

Oumro Khairy Kane : Je pense qu’il faut d’abord combattre la pauvreté. Il y a des familles qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Dans les écoles du sud du pays, j’ai vu des enfants qui n’ont pas de tabouret, des enfants qui doivent amener un sac de riz vide chaque matin pour pouvoir s’asseoir dessus. Dans les campagnes, il y a des femmes qui veulent travailler, il y a la terre, il y a l’eau, et moi je pense qu’il faut donner une chance à ces paysannes. Pour qu’ils ne viennent pas grossir les rangs des chômeurs de Nouakchott, et les jeunes vont finir dans la mer, pour aller vers chez vous !

Projet 51 : Et que pensez-vous de la question d’instaurer un système de planning familial ?

Oumro Khairy Kane : Pour le planning familial, nous voulons que les religieux s’associent aussi avec nous. Parce qu’ils sont plus écoutés que nous. Quelquefois, il nous arrive de venir dans des villages pour faire de la sensibilisation contre les mutilations génitales féminines, mais dès que nous partons ces religieux disent qu’il ne faut pas nous écouter, que nous sommes des associations qui ont été corrompues par les occidentaux… Donc toute lutte que nous entreprenons, nous voulons y associer les religieux.

Projet 51 : Au-delà de cet aspect religieux est-ce qu’il n’y a pas aussi une question ethnique ? Les problèmes qui sont liés à la situation des femmes en Mauritanie sont très différents entre les Maures Blancs, les Maures Noirs et les Négro-Mauritaniens. Est-ce qu’il y a certaines communautés auxquelles il est plus facile de s’adresser ?

Oumro Khairy Kane : Oui. Par exemple, avant, la communauté négro-mauritanienne pratiquait beaucoup la polygamie. Mais chez les communautés Maures, il y a des mariages secrets, c’est-à-dire des mariages qui ne sont pas visibles, qui ne sont connus que quand il y a la naissance d’un enfant. Il y a d’autres pratiques, par exemple les Mutilations Génitales Féminines sont plutôt connues du côté du Sud. La communauté du nord ne connaît pas ce phénomène. Les pratiques sont très différentes d’une communauté à l’autre. On dit aussi que la femme Négro-Mauritanienne est trop soumise, mais non ! On trouve des femmes soumises par-ci, par-là. C’est très difficile à savoir ou à comprendre, ce sont des tendances difficilement vérifiables. Ça varie d’une famille à l’autre, parce qu’en fait ce sont des communautés qui se sont côtoyées depuis des générations, qui mangent à peu près la même chose, qui ont vécu dans les mêmes maisons, donc c’est difficile de se rendre compte de cette différence-là.

Projet 51 : Et pour vous, dans vos programmes, est-ce qu’il est facile de s’adresser à des Maures Blancs ou est-ce qu’il y a des barrières ?

Oumro Khairy Kane : Moi, comme je le dis souvent à mes amis Maures Blancs et Maures Noirs, je suis une vraie Mauritanienne, parce que je parle toutes les langues du pays ! Moi, j’ai fréquenté la même école que les petits Maures du nord, du sud, de l’est ou de l’ouest. Nous avons dormi dans les mêmes dortoirs, chacun parlait la langue de l’autre. Je n’ai pas connu ces problèmes-là. Je travaille avec toutes les couches de la Mauritanie.

Projet 51 : La différence entre toutes les communautés, est-ce que ce n’est pas plutôt une différence de classe sociale ?

Oumro Khairy Kane : Oui. Dans certains quartiers, vous n’allez jamais trouver les plus pauvres, à part peut-être les agents de sécurité. Mais dans les périphéries, vous allez trouver le pauvre Maure Blanc, Haratine, Soniké, Peul, Wolof. Vous allez trouver tout le monde.

Projet 51 : Nous avons beaucoup de mal à parler avec des Mauritaniens de l’esclavage. Est-ce que c’est quelque chose qui existe aussi en zone périurbaine ?

Oumro Khairy Kane : Je n’ai pas vu l’esclavage proprement dit, mais je peux parler de l’esclavage moderne. Par exemple, les filles qui sont exploitées et les enfants : il y a le phénomène des enfants talibés, c’est-à-dire les enfants mendiants que vous rencontrez dans les rues, qui sont exploités par les marabouts. Il y a les filles domestiques aussi, qui sont exploitées, qui travaille beaucoup d’heures dans la journée et qui ne sont pas rémunérées. Ça, j’appelle ça l’esclavage moderne.

Projet 51 : Et l’excision, est-ce que c’est une pratique encore très répandue ?

Oumro Khairy Kane : Vous savez, quand nous sommes passés à la radio pour sensibiliser les gens à ce problème, les hommes nous ont plus appelé que les femmes. Ils nous ont dit « si vous voulez savoir comment et où ça se passe, il faut aller vers l’intérieur du pays ». Ça se passe dans des conditions épouvantables, avec des instruments souillés, et tout ça au 21ème siècle ! Agir sur le comportement humain, c’est pas facile. Les gens n’osent pas en parler, et ils le font sur des toutes petites filles, parfois juste après le baptême, donc elles ne peuvent même pas encore parler…

Projet 51 : Qu’est-ce que l’on peut souhaiter à la femme mauritanienne du 21ème siècle ?

Oumro Khairy Kane : Je pense que la femme mauritanienne doit accéder à la magistrature suprême. Pourquoi pas ? Moi, c’est tout ce que je souhaite ! Car je sais qu’elle est capable. C’est bien possible. Il faut oser. Il y a des femmes ici qui sont très bien, sur tous les plans. Elles sont capables de faire des choses autant que les hommes.

Madame Oumro Khairy Kane, Présidente de l’Association Démocratique des Femmes de Mauritanie

Madame Oumro Khairy Kane, Présidente de l’Association Démocratique des Femmes de Mauritanie

Publicités
Cet article a été publié dans Mauritanie, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s