Rencontre avec Madame Oumro Khairy Kane, Présidente de l’Association démocratique des femmes de Mauritanie

Madame Oumro Khairy Kane, Présidente de l’Association Démocratique des Femmes de Mauritanie

Madame Oumro Khairy Kane, Présidente de l’Association Démocratique des Femmes de Mauritanie

La première rencontre mauritanienne du Projet 51, c’est avec une femme passionnante : Oumro Khairy Kane, Présidente de l’Association Démocratique des Femmes de Mauritanie. Une rencontre drôle, intéressante, émouvante, riche en émotions. Voici les meilleurs moments de notre entretien.

Projet 51 : Comment vous en êtes venue à vous investir en créant une association ?

Oumro Khairy Kane : Moi, je suis assistante sociale de formation. Comme la fonction n’était pas très valorisée en Mauritanie, j’ai exercé d’autres fonctions. J’ai d’abord élevé mes enfants. Je leur ai enseigné moi-même et quand le niveau me dépassait, je faisais appel à un répétiteur. J’ai ensuite travaillé dans une banque quand mes enfants étaient grands, puis je me suis dit « c’est pas ça la vie » ! J’ai toujours beaucoup aimé la vie associative, parce que j’ai été scout, et c’est ce qui m’a amené à l’association. Depuis lors, j’aime beaucoup ça, c’est une vie formidable. Vous allez rencontrer du monde, connaître beaucoup de gens… C’est extraordinaire.

Projet 51 : Justement, comment envisagez-vous l’avenir de vos enfants, de la génération suivante ?

Oumro Khairy Kane : Ils n’ont pas la même vision que moi, parce que nous n’avons pas grandi dans les mêmes conditions. Moi, j’ai grandi dans une bourgade, un milieu entouré de mes parents et grands-parents, une grande famille. Mes enfants, eux, ils ont grandi à l’étranger, il y a un banquier, un autre militaire, le dernier est à l’école miliaire de Dakar… Nous n’avons pas la même vision.

Projet 51 : Et vous-même, vous vous voyez vivre à l’étranger ?

Oumro Khairy Kane : J’ai beaucoup voyagé, mais je reviens toujours. Vous savez, j’ai des responsabilités. Je suis mariée, j’ai ma maman qui est très vieille, qui est là, dont je m’occupe, donc je ne pourrais pas vivre à l’étranger…. Il faut que je m’occupe d’elle. Les parents, c’est beaucoup de choses pour moi. Quand le matin, au réveil, je la vois, qu’elle s’occupe de ses chèvres et de ses moutons… (Elle rit)

Projet 51 : Vous avez dit que l’alphabétisation était le principal problème des femmes dans les zones où travaille l’ADDFM. Est-ce que vous proposez des cours ou ce genre de choses ?

Oumro Khairy Kane : Oui, on avait eu un appui de Oxfam GB, qui nous a accompagné pendant 3 ans. Ce programme nous a permis de former à peu près 150 jeunes à des disciplines, et de faire de l’alphabétisation fonctionnelle au profit de 40 femmes. Mais 40 femmes, par rapport à toutes les femmes analphabètes, je trouve que ce n’est pas suffisant.

Projet 51 : Comment jugez-vous l’effort du gouvernement dans l’éducation ?

Oumro Khairy Kane : Vous savez, ici nous accueillons des enfants en situation difficile. La plupart de ces enfants n’ont pas d’acte d’état civil : soit ils sont nés de père étranger, soit de père inconnu, soit leurs parents n’ont jamais eu d’acte de mariage. Si tu n’en as pas, tu ne peux obtenir rien d’autre ! Le problème, c’est que pour aller au collège, tu peux obtenir une dérogation, mais quand il y a le brevet, l’enfant aura besoin d’un acte d’état civil. On a un programme avec Unicef France, avec Terre des hommes, où l’on fait du porte-à-porte pour voir les enfants qui sont en rupture avec l’école, essayer de les ramener vers l’école, mais ces enfants n’ont pas d’état civil. On a demandé que les gens ferment les yeux, qu’ils te donnent un acte de naissance juste en prouvant ta Mauritanité. Tu ne peux pas être étranger dans ton propre pays, ce n’est pas possible ! Si on n’a pas d’acte d’état civil, ce sont des gens qui vont essayer d’immigrer, car ils n’ont pas de papier…

Projet 51 : Et l’Etat ne fait pas assez ?

Oumro Khairy Kane : C’est bien beau de construire des écoles, mais où sont les cantines ? S’il n’y a pas de cantine scolaire, les élèves vont venir à l’école sans prendre le petit déjeuner. Et à 10 heures, les classes sont vides ! Les enfants vont aller sur le marché pour trouver des sachets à porter à la place des femmes, pour gagner 5 ou 10 Ouguiyas (1,5 à 3 centimes d’Euros). Il faut des mesures d’accompagnement, il faut associer les bénéficiaires. C’est bien d’investir, mais avant d’investir, il faut aller sur le terrain.

Projet 51 : Vous pensez que le gouvernement fait preuve de bonne volonté, qu’il essaye vraiment d’améliorer la situation de la femme mauritanienne ?

Oumro Khairy Kane : Je peux vous dire que la femme mauritanienne vient de loin. Nous venons de très loin. Moi, quand je faisais le collège, on était 5 filles dans la classe. Il n’y avait qu’une seule femme au gouvernement. Depuis, on s’est beaucoup battues, et la lutte a porté ses fruits, bien que ce soit insuffisant. Quand on a eu notre première activité en 2001, on parlait de la mutilation génitale féminine. La salle s’était vidée, les imams nous traitaient d’impolis, ils nous disaient que c’était tabou. Mais aujourd’hui, quand on fait de la sensibilisation, on est avec des imams. La femme mauritanienne représente plus de 53 % de la population, et on a obtenu un quota de 20 % aux postes électifs. On a demandé la généralisation de ces 20 %, mais ça n’a pas été fait. On n’avait pas de femme magistrat, on a demandé, on a fait du plaidoyer, et on a eu une femme magistrat. C’est insuffisant, mais comme je vous l’ai dit, on vient de loin. Vous êtes l’une des premières démocraties du monde, mais est-ce que vous avez la parité ? Non. Nous, nous allons demander carrément la parité, pourquoi pas ? Il faut oser !

Publicités
Cet article a été publié dans Mauritanie, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s