Présentation pays : le Bangladesh

FICHE D’IDENTITE : LE BANGLADESH

bangladesh-09

Avec 158 millions d’habitants entassés sur un territoire plus petit que le Népal, le Suriname ou la Tunisie, c’est le 8ème pays le plus peuplé de la planète. Surtout, si l’on excepte les villes-Etats, c’est le pays le plus densément peuplé de la planète, avec 1083 habitants au kilomètre carré, soit 3 fois plus que le Japon ou l’Inde, 7 fois plus que le Nigéria ou la Chine, 9 fois plus que la France, 30 fois plus que les Etats-Unis et… 360 fois plus que la Mauritanie !

La conséquence de cette situation démographique impressionnante est bien sûr une urbanisation massive et anarchique, dans un pays pourtant menacé à court terme par des inondations fréquentes, et à long terme par le réchauffement climatique et la fonte des glaces : plus de la moitié du territoire se trouverait-en-dessous du niveau de la mer si celui-ci augmentait d’un petit mètre…

Rattaché de façon quelque peu bancale au Pakistan au moment de la partition de l’Inde en 1947, touché par le cyclone le plus meurtrier de l’histoire en 1970, puis devenu indépendant à la suite d’une sanglante guerre de libération en 1971, le Bangladesh a connu une histoire contemporaine tourmentée. Son niveau d’IDH de 1980 en ferait, aujourd’hui, le pays le plus sous-développé de la planète. Pourtant, depuis cette période, la progression du pays a été saisissante, grâce notamment à une croissance moyenne du PIB de 6 % depuis 20 ans. Cette progression s’est en bonne partie reposée sur le secteur industriel, et plus particulièrement sur la production de produits textiles, dont le pays est aujourd’hui le 2ème exportateur mondial après la Chine.

Toutefois, comme en témoigne l’indice de corruption élevé du pays, cette croissance ne bénéficie pas à tout le monde. Plus du tiers des petits Bengalis souffrent de malnutrition, pire encore qu’en Erythrée ou en Somalie… Sur le plan sanitaire aussi, la situation, quoique en forte amélioration, reste précaire : l’espérance de vie y est de 60 ans, et plus de 13 % de la population, soit 20 millions de personnes, n’ont pas accès à l’eau potable. En revanche, le SIDA y est presque inexistant : seuls 500 Bengalis en meurent chaque année, contre 1500 Français ! Enfin, sur le plan de l’éducation, même constat : avec près de 40 % de la population analphabète, et une durée moyenne de seulement 10 années à l’école (à cause, notamment de la prépondérance du travail des enfants), le Bangladesh a encore du pain sur la planche.

Le Bangladesh, c’est aussi Dhaka, une capitale à la croissance démographique assourdissante (17 millions d’habitants), et au rythme de développement anarchique. A en croire les forums de voyage que nous avons pu consulter, les 20 kilomètres qui séparent l’aéroport du centre-ville peuvent être parcourus en une durée pouvant osciller entre 30 minutes et… plus de 3 heures. Un constat éloquent.

ETRE UNE FEMME AU BANGLADESH

Une société essentiellement musulmane traditionnaliste, marquée par le poids des cultures, dans laquelle 90 % des travailleurs de l’industrie textile sont des femmes, 75 % des personnes inactives sur le plan professionnel sont des femmes, et où le revenu moyen par habitant de la gent féminine correspond à la moitié de celui des hommes… Vu de loin, le portrait de la situation des femmes bengalies a de quoi inquiéter. Et pourtant, le Bangladesh est classé 68ème sur 142 pays en termes de Gender Gap Index.

Pourquoi ce relativement bon classement ? Les femmes bengalies peuvent dire merci aux politiques volontaristes de leurs dirigeants récents et en particulier à deux femmes, Khaleda Zia et Sheikh Hasina, qui ont occupé le poste de Premier Ministre pendant une durée cumulée de 21 ans depuis 1991 ! Inutile de dire qu’aucun pays du monde ne présente de situation similaire… Ainsi, sur le plan de l’éducation notamment, l’action gouvernementale a été remarquable, au point que les femmes sont aujourd’hui surreprésentées à l’école primaire puis dans le secondaire (mais pas encore tout à fait dans l’enseignement tertiaire).

Et puis, bien sûr, on ne saurait conclure cette partie sans évoquer Monsieur Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix en 2006. Son concept, le microcrédit, part d’une idée simple : proposer à des hommes et femmes évoluant dans le secteur informel (notamment le commerce) des crédits sur des montants faibles, afin de leur permettre de lancer ou relancer une activité économique. Dans les faits, c’est un véritable créateur d’opportunités économiques, mis au service d’une cause sociale bien plus large, notamment de par l’existence d’une charte sociale devant être respectée par chaque membre de l’institution de microfinance. Aujourd’hui, des centaines de millions de pauvres, principalement de sexe féminin, ont bénéficié du microcrédit pour créer ou développer une activité économique, et contribuer à sortir du cercle vicieux de la pauvreté.

POURQUOI ALLONS-NOUS AU BANGLADESH ?

Parce qu’on ne peut évoquer l’émancipation des femmes sans parler du microcrédit. Et que l’on ne peut évoquer le microcrédit sans parler du Bangladesh.

Parce que, à l’instar du Rwanda et de l’Ethiopie, le Bangladesh vient de loin, mais avance vite, très vite.

Parce que, dans le fond, à part les images d’usines de textile qui s’effondrent et font la une des médias, que connaît-on du Bangladesh ?

Parce que ce pays concentre tant d’enjeux majeurs : surpopulation, risques climatiques, coexistence entre Islam et Hindouisme… Surtout, au rythme actuel, près de la moitié du Bangladesh sera sous l’eau avant même la naissance de nos premiers petits-enfants.

Parce que, quand on était à l’école primaire, on nous parlait du Bangladesh comme de l’un des Etats les plus misérables de la terre. Et aujourd’hui, on nous en parle comme de l’une des futures « 11 nouvelles grandes puissances » désignées par Goldman Sachs.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé, Présentation pays. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s